Articles

Outils

ATS vs CRM : quelles différences ?

ATS vs CRM : quelles différences ?

ATS vs CRM : quelles différences ?

Paul Bachelier

29 mai 2024

5 min

La naissance de l’ATS

Durant les années 2000, certaines entreprises font des progrès sur la conduite de leurs entretiens d’embauche : scorecard, entretiens structurés, étude de cas… Parmi les entreprises à la pointe, on peut notamment citer Google, dont les process de recrutements serviront de modèles à beaucoup d’autres. C’est d’ailleurs à cette époque qu’émerge le logiciel de base des recruteurs : l’ATS (Applicant Tracking System). 

Parmi les acteurs principaux du secteur, on peut citer les historiques Taleo (créé en 1996, racheté par Oracle en 2012), Success Factors (créé en 2001, racheté par SAP en 2011), Workday, etc. Pour les amateurs de designs plus modernes, une deuxième vague d’ATS voit le jour à partir de 2010 avec Lever (fondée en 2012), Greenhouse (2012), Teamtailor, Recruitee, ... Pour la France, citons Flatchr, Beetween, WeRecruit !

Assez récemment, et après avoir progressé dans la structuration des entretiens, les entreprises ont commencé à vouloir faire plus de chasse proactive de candidats (la fin du fameux post and pray, en contactant les candidats sur LinkedIn (ou sur d’autres plateformes de référencement plus spécialisées), par mail, et/ou par téléphone. À la manière de cabinets de recrutement.

Or, les ATS n’aident pas à chasser des candidats : ils aident à faire passer des entretiens. Vous ne pouvez pas facilement discuter par mail ou téléphone avec les candidats depuis un ATS, ni chasser sur LinkedIn grâce à votre ATS, ni chercher de manière précise dans la base de vos anciens candidats selon des critères précis. Les entreprises et les cabinets de recrutement sont mal équipés pour faire de la chasse, et font tout ça “à la main” : quelques envois de mails et coup de téléphone à droite à gauche, de manière déstructurée. Les éditeurs de logiciels saisissent l’opportunité, et se mettent à développer des logiciels de chasse de candidat pour répondre au besoin des équipes de recrutements.

L’arrivée des CRM de recrutement

L’inspiration des éditeurs de logiciel pour la réalisation de ce nouveau logiciel est assez évidente : la chasse de candidat ressemble exactement à la chasse de clients faîte par les commerciaux. Il s’agit alors de copier ce que les commerciaux utilisent pour chasser des nouveaux clients, et de l’adapter au monde du recrutement. Place au CRM des recruteurs (Candidate Relationship Management), une adaptation du CRM commercial (Customer Relationship Management). 

La chasse des équipes de recrutement équipée d’un CRM passe à un autre niveau avec un CRM : les recruteurs envoient de manières automatiques des séquences d’emails, de messages LinkedIn, des SMS … à des candidats, et entretiennent la conversation avec des centaines (voir des milliers) d’entre eux. Évidemment tout est tracké (le nombre de mails envoyés, les taux de réponse (positive) …) pour pouvoir adopter une approche scientifique de la chasse de candidats et pouvoir s’améliorer. 

Très concrètement, avec un CRM les recruteurs doublent leurs taux de réponses en chasse (car ils contactent les candidats sur plusieurs canaux à la fois, et les relancent automatiquement), peuvent facilement gérer la relation et la conversation avec des milliers d’anciens candidats (vs seulement des dizaines sans CRM). Souvent, le CRM est connecté à l’ATS, pour pouvoir capitaliser sur la base existante des anciens candidats qui jusqu’alors “dormaient” dans l’ATS. Cela permet de les recontacter en quelques clics seulement sur LinkedIn, par e-mails, SMS … Jusqu’à 40% des recrutements peuvent venir de conversations avec d’anciens candidats (ce qu’on appelle le “nurturing” ou le “talent pooling”).

Aux États-Unis, où les pratiques business ont souvent quelques années d’avance sur l’Europe, les équipes recrutement s’équipent massivement de CRM. 

Plusieurs acteurs américains sont d’ailleurs déjà valorisés plus d’1 milliard de dollars, les fameuses licornes, citons notamment Gem, Eightfold ou Beamery.

En Europe, où le marché est plus récent, on peut notamment citer HireSweet CRM, SourceWhale, Tool4Staffing, Marvin Recruiter, etc. 

L’Europe suit donc la tendance : la plupart des “pure players” du recrutement (cabinets de recrutement, ESN, agences d’interim …) sont déjà équipés où projettent de s’équiper d’un CRM. Les entreprises dont les équipes internes font beaucoup de chasse de candidats commencent aussi à s’équiper (Datadog, Doctolib, Spendesk, Photoroom… ont par exemple déjà un CRM).

ATS vs CRM

Face à la montée en puissance des CRM dans les équipes recrutement, les ATS essayent de développer leurs propres features de chasse de candidats, pour repousser les CRM (Lever a développé Lever Nurture, un pack de features dédié à la chasse de candidats, et qui fait concurrence frontalement aux CRM ; Ashby développe les 2 à la fois). De leurs côtés, les éditeurs de CRM proposent de plus en plus de fonctions semblables aux ATS, pour pouvoir les déloger complètement. Reste à savoir qui de l’ATS ou du CRM vaincra. Et c’est probablement les recruteurs qui décideront, mais en attendant les 2 sont complémentaires !

Auteur

Paul Bachelier

Co-founder

HireSweet

Votre savoir est précieux

Partagez-le à la communauté

L'académie est une plateforme pédagogique gratuite basée sur la contribution de ses membres. Apprenez des meilleurs et partagez votre connaissance.

Votre savoir est précieux

Partagez-le à la communauté

L'académie est une plateforme pédagogique gratuite basée sur la contribution de ses membres. Apprenez des meilleurs et partagez votre connaissance.

Votre savoir est précieux

Partagez-le à la communauté

L'académie est une plateforme pédagogique gratuite basée sur la contribution de ses membres. Apprenez des meilleurs et partagez votre connaissance.

Votre savoir est précieux

Partagez-le à la communauté

L'académie est une plateforme pédagogique gratuite basée sur la contribution de ses membres. Apprenez des meilleurs et partagez votre connaissance.